11/09/2011

Sorties Septembre 2011

Dimanche 25/09/2011 : Les photos du brevet du club de l'Aurore-Cyclo
Photos de Dan Margan et Jean-Louis Van Obbergen

Merci aux 143 participants qui sont venus rouler notre brevet. Malheureusement, c'est trop peu pour le travail que cela demande (fléchage, ravitos, etc...) Il faisait beau, c'est donc un maximum que l'on peut encore espérer à Bruxelles. L'année prochaine un seul brevet sera encore organiser.

Un merci tout particulier à Guy qui a réalisé un fléchage exceptionnel et qui n'a pas compté ses heures pour y arriver. Nous n’avons eu que des louanges des participants.

Les bénévoles qui ont œuvré à la bonne réalisation de ce brevet sont : Pietro (notre Président), Freddy, Jean Louis, Dan, Daniel, Alain et Jos.

Les participants cyclos du club qui se sont présenté au départ de notre brevet et qui ont porté nos couleurs sont : Christophe, Eric, Renaud, Marco, Patrice, Benoît, André, et Guy.

Le contrôle de Baerdegem:

HPIM1552.jpg
Daniel au contrôle de Baerdegem
HPIM1554.jpg

HPIM1556.jpg
Daniel, Fabien (des BBB) et Patrice.
HPIM1557.jpg

HPIM1558.jpg

HPIM1559.jpg

HPIM1560.jpg
Dan
HPIM1563.jpg

HPIM1564.jpg


Le contrôle de Dendermonde :

001.jpg
Freddy

002.jpg




005.jpg
Le tandem de Christine et Charlie (des BBB)

006.jpg
004.jpgCharlie d003.jpges BBB                                                                                                                                                                                                                              
                                                                                                                                                                                                                                            
Samedi 24/09/2011 : Le dernier BRM
Par Alain Darville

Ce samedi, c’est le dernier BRM de la saison. Patrice et moi, nous allons donc à Raversijde pour faire un 200 facile jusque Mons-En-Pévèle (en France). Il fait beau (enfin) et il n’y a presque pas de vent (enfin aussi).

C’est un BRM facile parce qu’il est plat mais ce n’est sans doute pas le plus beau, il suit trop les routes un peu trop fréquentées par les voiture (à mon gout).

Mic termine enfin ses BRM, et nous décidons de faire ce BRM tous ensembles, groupés. Kristof qui demande toujours des nouvelles de notre Christophe va faire ce 200 presque tout le temps en tête, avec une moyenne qui ne sera pas loin des 30 km/h.

Nous faisons 5 mètres et Patrice est déjà à l’arrêt, son compteur est en panne. Comme il ne revient pas, je décide de l’attendre. Le groupe est parti, et nous faisons une petite chasse vent de face. Pour une fois que c’est un vent d’est, on  l’a de face pour partir. Pendant 20 km, nous poursuivons le groupe, jusqu’à ce que nous nous retrouvions. Antonio a crevé, je m’arrête mais Patrice continue tout seul. On ne le reverra qu’au 1er contrôle. Kristof et Mic décident de ne pas suivre la route mais de suivre le canal jusque Ieper. La traversée de Ieper est un peu chaotique sur les pavés.

Après le 1er contrôle à Warneton, au km 59, Patrice reste enfin avec nous. Nous allons en France, sur de belles routes. Le derrière peut enfin se reposer des tac-tac incessants des routes en béton.

Le contournement de Lille pour aller à Mons-en-Pévèle, n’est vraiment pas gai. Trop de grandes routes avec une circulation beaucoup trop intense. C’était même dangereux par endroit. 15 km avant d’arriver à Mons-en-Pévèle, je me retrouve devant à faire le tempo. Dans la longue montée pour arriver au 2ème contrôle, le groupe explose un peu, Mic restant avec Patrice qui patine dans la côte.

A Mons-en-Pévèle tout est fermé. Il ne reste qu’un bistro où les deux serveuses/patronnes étaient aussi sympathiques que les portes de la prison de Saint-Gilles. Comme on ne prenait qu’à boire et qu’on mangeait (pour ceux qui voulait manger) nos tartines/sandwichs, elles nous dirent sur un ton autoritaire: « Vous ne pouvez pas manger ici, il y a d’autres clients qui n’apprécieraient pas ». Le bistro était vide. Il fait beau, nous sommes sortis et nous avons mangé au soleil sur la place devant ce bistro.

Le retour est vent dans le dos, cela va plus vite. Nous passons par Ploegsteert où personne ne veut aller voir la tombe de Frank Vandenbroek.

Après 212 km, nous sommes arrivés. Patrice a battu son record de vitesse sur un 200 sans même se fatiguer. Faire du vélo comme ça, ce n’est que du plaisir. Comme je n’en avais pas encore marre, j’ai encore été faire quelques kilomètres sur la digue pour aller voir la Mer du Nord à Raversijde.

 

Lien vers le tracé GPS

 

                                                                   ______________________________

Conclusion de l'année 2011 des BRM (Brevets Randonneurs Mondiaux)

Message de Randonneurs.be:

"Bravo les Randonneurs"

Voilà que la saison 2011 vient de se terminer. Mais quelle saison!

Voici quelques chiffres:

- participants: 336 contre 249 en 2010 (+35%)

- kilomètres parcourus: 455 300  contre 211 900 en 2010 (+115%)

- Superrandonneurs: 79 contre 29 en 2010 (+172%)

Nous tenons aussi à féliciter tous les particpants à PBP 2011.

Félicitations aussi à Mic Cammertijn, "Randonneur de l'année 2011" avec ses 11 700 km(= le maximum de km) et à ses dauphins Antonio Moreno Casas(9800 km) et André Vaneeckhout(8500 km).

Et ce n'est pas fini. En juillet dernier, Kristof Allegaert améliorait le record du 'Tour de France randonneur", parcourant les 4800 km en 13 jours, 2 heures et 15 minutes. Début septembre, Dick Crispyn terminait deuxième dans le "Race around Ireland", 2172 km, 23 000 m de dénivelé après 139 heures et 21 minutes.

Un grand merci à nos amis organisateurs. C'est grâce à eux que tous ces exploits ont pu étre réalisés.

A cette heure-ci, le calendrier 2012 est pratiquemment connu. Il comprendra 18 x 200 km, 7 x 300 km, 3x 400 km, 4 x 600 km, 1 x 1000 km et 2 x 1200 km. Toute l'info relative à ces BRM sera bientôt disponible sur le site.


Les BRMistes 2011 de l'Aurore-Cyclo:

 

Nom

Prénom

Km

Super-Randonneur

Paris-Brest-Paris (1230 km)

COLOMBO

Marc

200

 

 

COURTY

Philippe

200

 

 

DARVILLE

Alain

3800

X

 

DE ROY

Freddy

200

 

 

GODFRIND

Guy

1100

 

 

MARGAN

Daniel

200

 

 

MARTIN

Patrice

4200

X

 

NINO

Lopez Jose

200

 

 

PEREZ

Gabriel

800

 

 

SIRIGU

Pietro

4600

X

X

VAN OBBERGEN

Jean Louis

700

 

 

VANDERSTAPPEN

Eric

200

 

 

VANEECKHOUT

André

8500

X

X

WAUTERS

Daniel

200

 

 


L'Aurore-Cyclo est 2ème au classement (non-officiel) inter-club. Les 20 premiers:

 

Club

Km

Total Individuel

178800

Total Lierse BCR

41200

Total Aurore Cyclo St-Gilles

25100

Total Union Audax Tournai

16800

Total Frans-Vlaamse Randonneurs

14900

Total Team Verada

11700

Total CC Orchies

10500

Total ARA Niederrhein

10100

Total Velo Loisir Sambreville

8500

Total E.R.N.

6800

Total Guidon d’Arville

6800

Total WTC Tielt Sportief

6300

Total PC Herinnes

5800

Total Gammelse Wielervrienden

5600

Total VO2MAX-Team

5300

Total CT d'Antoing

5100

Total Cyclo-Tourisme Ottignies

4600

Total WTC Calcine Kalken

4500

Total WTC De vliegende spaak

4300

Total WTC Wondelgem

4000

 

 

 

                                                                                                                                                                                                                             

Dimanche 18/09/2011 : Le 100 A

Par Alain Darville

Guy avait eu des problèmes avec son fléchage dans la région de Dendermonde, du fait d’une route barrée. Après son appel au secours pour trouver une solution alternative, je n’avais plus eu de nouvelle. Je voulais donc aller voir ce parcours et l’enregistrer avec le GPS. Mais les seuls candidats pour m’accompagner étaient Jean-Louis, Eric et Christophe. Jos voulait contrôler le 40 km A.

Comme je n’étais déjà pas très frais au départ à cause du vent usant des polders, je me suis dit que j’allais souffrir avec eux. Tant que Jean-Louis faisait ses longs relais tout allait bien, il roule à une allure constante de cycliste. Mais quand Eric ou Christophe prenaient un relais, c’étaient des mobylettes qui se mettaient en actions. Nous avons donc joué au yoyo pendant de longs kilomètres.  Ils partaient, ils m’attendaient, comme je n’étais plus capable d’accélérer, je n’avais pas le choix.

A Dendermonde, effectivement, le parcours avait changé. Il faut rouler le long de la Dendre jusqu’à un pont de chemin de fer. Du grand plateau, il faut passer au tout petit parce que la montée sur ce pont est assez raide. En plus il faut avoir quelques talents d’équilibriste pour ne pas rater la passerelle. Mais sinon tout s’est bien passé.

Christophe a encore jouer à la nounou avec moi jusque Asse en laissant Jean-Louis devant pour me protéger du vent. Après ils sont partis même si Jean-Louis commençait à avoir des ratés du fait de ses long relais face au vent.

Mais sinon le fléchage de Guy est impeccable. A un seul endroit, pas loin de Callebaut et de son chocolat, une nouvelle couche d’asphalte a recouvert les flèches de Guy.


                                                                                                                                                                           

Samedi 17/09/2011 : Un BRM en Zélande
Par Alain Darville

IMG_1186.JPG

 Gabriel

 

IMG_1169.JPG

 Patrice


 IMG_1173.JPG

 Alain

 

 

 

Lien vers l'album photos

 

Cette fois-ci le BRM que nous allons faire Gabriel, Patrice et moi, est un BRM de 200 qui va se faire aux Pays-Bas, mais dans la partie enclavée en Belgique, la Zélande.

Le parcours est rigoureusement plat, il se fait dans les polders, mais le vent est là, et il souffle.

Nous partons de Beveren-Waas  à trois avant le gros groupe de 08h.

Le début n’est pas terrible, nous longeons assez longtemps, l’autoroute Anvers-Zelzate. Pas très beau et assez bruyant. La route est assez bosselée, et mon vélo fait une embardée. Encore un peu et je me casse la figure.

Après, ça va mieux. Nous reprenons de temps en temps, les routes faites lors de nos flèches Stekene-Knokke et Knokke-Bruxelles. Nous passons par Sas Van Gent, Assenede, Boekhoute et Sint Magriete. Rouler aux Pays-Bas demande une petite période d’adaptation. Sur les petites routes, c’est comme en Belgique, mais sur les routes plus importantes, les vélos y sont toujours interdits. C’est presqu’un jeu, il faut découvrir où est la piste cyclable. A gauche, à droite. Ou bien c’est une petite route qui va suivre la route principale. En plus aux croisements, on ne sait jamais comment vont réagir les automobilistes. Parfois ils s’arrêtent, parfois pas, parfois s’arrêtent un peu mais pas suffisamment pour se faire comprendre et finalement tout le monde hésite.

Le premier contrôle est à Aardenburg après 85 km. Le groupe de Mic n’est toujours pas là. Vent de face, on est quand même à 29 km/h de moyenne et Patrice fait des relais assez décoiffant. A Aardenburg on prend son temps, photos, repos à l’hôtel, bricolage pour Gabriel.  Le copain de Patrice, Antonio, roule en solitaire. Il apparait parfois, roule un peu avec nous, puis nous lâche et ère un peu à Aardenburg à la recherche de je ne sais pas quoi.

Après Aardenburg, c’est vent dans le dos jusqu’à l’Escaut en suivant les routes principales, c’est tout droit et c’est du 40 km/h (avec de pointes à 45). Patrice a des ratés quand on passe le 40 comme les piles de son GPS qui n’ont plus été chargées depuis longtemps. Une pause changement de pile s’impose donc. Et puis on y est, l’Escaut est là. Et on ne le voit pas. Une immense digue est mise entre l’eau et la route. Gabriel demande : « C’est la Mer du Nord » ? « Non, c’est l’Escaut, ce que tu vois, c’est l’estuaire ». Son estuaire (Westerschelde) fait jusqu'à cinq kilomètres de largeur et les vasières qu'il a créées présentent une richesse écologique exceptionnelle.

Nous allons donc longer l’estuaire sur de nombreux kilomètres. Mais la digue, c’est bien, mais de l’autre côté ce serait mieux. On y va, bien que des écriteaux (en Néerlandais), nous signalent que c’est à nos risques et périls. Aucun tsunami n’est annoncé et c’est marée basse. C’est beaucoup plus beau et la digue nous protège du vent. Superbes vues, je ne connaissais pas du tout.

A Braakmanhaven, on se retrouve dans le zoning industriel à respirer le bon air des fumées des cheminées, et même les français sont là. Gabriel a repéré ses compatriotes à 5 km de distance : « Air Liquide ».

Ensuite vient le gros morceau : Terneuzen. D’abord le port et tous ses ponts levis, entourant les immenses écluses, où toujours un pont est levé. Il faut donc faire des tours pour ne pas attendre trop longtemps. A Terneuzen, il faut jongler entre les routes interdites aux cyclistes et les pistes cyclables qui n’existent pas. Parfois un porté de vélo est nécessaire suivi d’un peu de jogging pour ne pas se faire écraser.  Gabriel me demande : « C’est la Mer du Nord » ? « Non, c’est l’embouchure de l’Escaut… » Zen attitude…

Sur la digue, un groupe de randonneurs nous croise avec leurs ânes. Le premier semble bien m’aimer, il fonce sur moi quand j’arrive à sa rencontre. C’est une gentille bête mais un peu encombrante.

Le 2ème et dernier contrôle se fait dans un camping après 150 km. Les campeurs tirent à l’arc dans la buvette, et le groupe de Mic nous rejoint. Ils sont bien une trentaine. Ils auront mis 150 bornes pour nous rependre, alors que nous n’étions que trois, que nous avons fait des photos et que nous avons joué avec les ânes et la digue. Surtout que Kristof et Alex Curinckx sont là aussi.

Patrice qui semble avoir appris par cœur les temps de tous les participants à Paris-Brest-Paris, commence à me montrer untel qui a fait PBP en 55 heures, untel en x heures et surtout me montre Alex comme si c’était une rock-star. Un vrai fan.

Maintenant il reste 45 km à faire, nous partons donc avec le groupe. Et ça roule. Il y a même trois femmes avec nous. Tout ce petit monde arrive à Beveren à 15h15, mais Patrice a disparu.

Nous allons l’attendre, il ne peut pas être loin. 16 heures, pas de Patrice. Il est tombé dans l’eau ? J’appelle. Son GSM est coupé. Finalement il arrive à 16h10, il a fait 10 km en plus en recommençant le BRM. Avec son GPS il aurait pu boucler longtemps comme ça.

C’était un bien beau BRM, assez usant et fatiguant à cause des longs relais vent de face à du 30 km/h. Et on ne roule pas aux Pays-Bas comme on roule en Belgique.

 

Lien vers le parcours GPS réellement roulé.

                                                                                                                                                                                                                             

Dimanche 11/09/2011 : Photos Televie Hill Climb Classic Allan Sport VCA (Rhode-Saint-Genèse)
Photos Daniel Margan + Televie

HPIM1545.jpg
Au départ, Jean-Louis, Renaud, Freddy et Eric
HPIM1548.jpg
HPIM1549.jpg
Jos a trouvé le truc pour draguer les filles.HPIM1550.jpg
HPIM1551.jpg
Eddy Merckx
IMG_9725.jpg
IMG_9726.jpg
Avec Eddy Merckx du club, Daniel, Dan et Renaud + Fabien des BBB.


                                                                                                                                                                                                                       


Samedi 09/09/2011 : Le BRM 200 km Oostende – Therouanne (F)

Par Gabriel Perez

Les réveils à 5h du matin le weekend sont toujours à double détente: la désagréable sensation due au bruit strident à cette heure indue est toujours suivie par le plaisir de se rappeler que c'est pour la bonne cause: aller pédaler dans une contrée lointaine (c'est relatif) de Belgique !

La « contrée lointaine » du jour était Ostende, plus précisément, Raversijde et la « bonne cause » était un BRM de 200km passant notamment par Wormhout, Therouanne et Rohardushof. Pour le parcours complet, suivez le lien: http://www.openrunner.com/index.php?id=1227483

Une bonne partie de ce parcours se déroula dans la contrée du nain Sarko, la France, cher pays de mon enfance.

Je n'étais pas le seul du club à avoir mis mon réveil tôt: Le valeureux Alain Darville était bien présent, frais comme un gardon et égal à lui-même. Patrice Martin n'était pas moins frais et sa tenue rouge pétant Fortis m'aida à me réveiller totalement.

Le moment de l'inscription nous permit de constater que le public, bien que faible, était de grande qualité, le fameux Mic Camertijn et ses moustaches étaient présents, tout comme Christian Théron du club d'Orchies décrit par Alain (avec des trémolos dans la voix) comme étant « le plus grand randonneur français », ainsi que Kristof Allegaert qui a fait au mois de juillet le Tour de France (4800 km en 13 jours) (site http://www.wix.com/happydesign/tff#!).

Nous partîmes quelques secondes après le plus gros groupe, à 4, à savoir les 3 Aurore plus un jeune Nicolas de 15 ans, de Bruxelles, qui faisait là son 2ieme 200km.

En fait nous étions presque 5 car le père de Nicolas fut tout le long derrière nous en 4X4 à 30km/h pour veiller à son fiston. Ah, les pères d'aujourd'hui !

Aux alentours du 30ieme Km nous lâchions lâchement Patrice, qui continua à son rythme avec sa trace GPS.

Nous fîmes les premiers 50 km à pleine bourre malgré le vent de face en nous relayant avec Alain. Nos organismes respectifs nous rappelâmes à l'ordre au bout d'un moment en nous obligeant à ralentir d'un ton mais ceci ne nous empêchât pas de rattraper sans même le vouloir, non sans fierté, le premier groupe aux alentours du 100ieme kilos emmené principalement par Mic et Kristof.

Nous dûmes nous arrêter quelques secondes, le temps pour Alain d'enlever le gros dard laissé entre ses doigts par une sale bête, qui le faisait bien souffrir et qui laissa son index rouge et boursoufflé.

Nous finîmes le parcours dans le groupe principal, à toute balle, notamment le long de l'Yser où nous roulâmes une quarantaine de bornes à environ 35km/h emmenés par les costauds précités.

Nous rejoignîmes le point de départ en 6h35 et 30,8 km/h et nous réconfortâmes en prenant le soleil de  Raversijde à la terrasse du café De Ton.

 

Addendum d’Alain : Au retour le long de l’Yser, nous roulions calmement entre 35 et 40 km/h lorsque nous sommes tombés (c’est le cas de le dire) sur un gros peloton qui fonçait lentement à la recherche d’un café qu’ils venaient de trouver. Ils parlaient français, et comme la seule idée qu’ils semblaient avoir était d’aller boire un verre, ils ne faisaient attention à rien et donc pas à nous. En les dépassants, plutôt en se faufilant et en essayant de ne pas trop en télescoper, tout d’un coup quelqu’un crie mon nom : « ALAAAAAIN ». Que quoi, à Nieuport quelqu’un me connait ?? C’était Guy et son 2ème club, l’Audax Mons. J’étais déjà 400 m plus loin quand j’ai compris.

Mon doigt a encore doublé de volume et reste maintenant dans la position de l’auriculaire des Envahisseurs de David Vincent.

 

16:46 | 16:46 | Aurore-Cyclo | Aurore-Cyclo | Septembre-2011 | Septembre-2011 | Lien permanent | Lien permanent | Commentaires (0) | Commentaires (0) |  Facebook |  Facebook | |